Thème 1 - Réhabilitation de sites miniers abandonnés


Objectif du thème: Il y a plus de 10 000 sites miniers abandonnés au Canada (Cowan et Mackasey, 2006), souvent situés en milieu éloigné. Les rejets miniers abandonnés ont généralement été déposés avec peu ou absence totale de confinement. Subséquemment, ils se sont oxydés, entraînant une contamination sévère et étendue des eaux souterraines et des eaux de surface adjacentes. La complexité de ces sites abandonnés, combinée aux contraintes financières liées à l'absence de propriétaire, nécessite une optimisation des stratégies de restauration. L'ampleur, dans le temps et l’espace, des impacts environnementaux causés par les rejets miniers des sites abandonnés est contrôlée par les interactions entre des processus physiques et biogéochimiques. L'élaboration de stratégies efficaces dépend de la compréhension de ces interactions. Les objectifs de ce thème sont les suivants : i) développer des modèles conceptuels rigoureux des processus de libération des lixiviats, représentatifs des mines de métaux de base et de métaux précieux, par l'application de nouvelles techniques de caractérisation; ii) utiliser ces modèles conceptuels combinés à des techniques avancées de modélisation numérique afin d’orienter la sélection des activités de restauration, en mettant l'accent sur des stratégies passives adaptées pour être appliquées à des sites éloignés; et, iii) évaluer l'efficacité des mesures de restauration précédemment implantées aux sites miniers abandonnés.

Résultats attendus : Les recherches effectuées sur cette thématique mèneront : i) au développement d’une série d'outils de caractérisation complémentaires pour l'application aux sites miniers abandonnés; ii) à des prédictions améliorées de l'ampleur et de la durée de la libération des contaminants; iii) à une évaluation plus rigoureuse de l'efficacité des mesures de restauration précédemment implantées aux sites miniers abandonnés; iv) à une évaluation des avantages relatifs des différentes stratégies de restauration et des avantages additionnels lors de l’implantation d'approches de restauration complémentaires aux sites miniers éloignés; et v) à l’extrapolation des connaissances acquises par les études sur les mines de métaux de base et de métaux précieux à d'autres types de mines (p. ex. : charbon, U, diamant, sables bitumineux).